Une ruche à Notre-Dame de Paris

Nicolas Géant et sa collaboratrice apicultrice chargée du suivi de la ruche tout au long de l’année. © NDP
Nicolas Géant et sa collaboratrice apicultrice chargée du suivi de la ruche tout au long de l’année. © NDP

 

Lundi 22 avril 2013, une ruche a été installée sur le toit de la sacristie qui borde la flan Sud et le chevet de la cathédrale.

 

Situées au centre du Paris historique, les abeilles ont largement de quoi butiner par la présence d'une très grande biodiversité florale et végétale.

 

Depuis plusieurs années, de nombreux apiculteurs installent des ruches en ville.

 

"C'est simple: les abeilles meurent dans les campagnes mais elles sont très heureuses en ville", où elles vivent loin des frelons asiatiques ou du Varroa, un parasite destructeur, assure l'apiculteur Nicolas Géant

"Les cultures intensives ont tué la biodiversité dans les campagnes", dit-il "plus de haies, plus de petites fleurs: c'est le désert vert" et la pollution des gaz d'échappement d'un centre ville, "c'est de la rigolade par rapport aux insecticides, pesticides et fongicides".

 

La ville est donc propice à l’épanouissement des abeilles qui produisent plus de miel qu’à la campagne , dans la mesure où il y a moins de produits polluants que dans les zones cultivées.

La Ville de Paris gère une immense forêt constituée des 180.000 arbres qui peuplent les parcs et les jardins publics, le bord des rues et des avenues, les cours d'écoles auxquels il faut ajouter les quelques 300.000 sujets des deux poumons verts que sont les bois de Boulogne et de Vincennes.

 

Il faut y adjoindre les arbres et arbustes des jardins privés où la végétation est également abondante : résidences, ministères, hôpitaux ou communautés religieuses... Toutes ces plantes fleurissent abondamment et bon nombre d'entre elles sont de bonnes productrices de nectar et de pollen.

Le jardin du couvent des Sœurs de l'Adoration (5ème)
Le jardin du couvent des Sœurs de l'Adoration (5ème)
Jardin du Luxembourg
Jardin du Luxembourg
Parc de Bagatelle
Parc de Bagatelle

Ainsi, les fleurs des bois, parcs, jardins et balcons sont innombrables et la floraison s'échelonne jusqu'au mois d'octobre pour donner plusieurs récoltes d'un miel de Paris fin et subtil. Suivant la récolte, les parfums sont variés allant d'un goût mentholé vers des notes très fleuries.

 

Une abeille butine 700 fleurs par jour dans un périmètre de trois à cinq kilomètres autour de la ruche. La plupart des végétaux ne peuvent se féconder sans le butinage des abeilles.

 

Toutes les fleurs ne conviennent pas aux abeilles des villes

Jardin naturel (20ème)
Jardin naturel (20ème)

Même si on trouve en ville une multitude de parterres, de terrasses ou de balcons fleuris les formes végétales utilisées ne sont pas toujours très attractives pour les abeilles. La plupart des pelouses sont régulièrement tondues, ne laissant pas le temps aux plantes herbacées comme les pissenlits, les trèfles blancs et bien d'autres espèces aimées des abeilles de produire des fleurs.

 

Soucieux de préserver la biodiversité les jardiniers municipaux de la Ville de Paris laissent quelques espaces se transformer en prairies naturelles.

 

Les abeilles de Notre-Dame de Paris produiront un « miel toutes fleurs de Paris », parce qu’il sera fait avec un mélange des différentes variétés de fleurs butinées en ville.

 

Seuls quelques rares privilégiés auront le plaisir de déguster ce précieux nectar...

 

Que Saint Ambroise protège les abeilles de Notre-Dame de Paris.

 

"Rien ne ressemble à une âme comme une abeille,

 

elle va de fleur en fleur comme une âme d'étoile en étoile, 

 

et elle rapporte le miel comme l'âme rapporte la lumière" .

 

 

- Victor Hugo, Quatre-Vingt-Treize -

Abeille Buckfast dit Frère Adam
Abeille Buckfast dit Frère Adam

Les abeilles de cette ruche sont de la variété Buckfast,

un croisement de sous-espèces d'abeilles réalisé par le Frère Adam, dont l’une des principales caractéristiques est la douceur, vertu essentielles pour une apiculture urbaine.

Abeille Buckfast dit Frère Adam
Abeille Buckfast dit Frère Adam

Le Frère Adam est le père de l'abeille Buckfast et génial utilisateur de la biodiversité de l'abeille. En débutant avec de l'abeille noire croisée avec de l'italienne et ensuite avec des abeilles recueillies dans différentes parties du monde, cet apiculteur savant a produit une race d'abeilles qui rencontre un véritable succès auprès des apiculteurs.

 

En écoutant les "buckfasteurs", c'est-à-dire les apiculteurs qui élèvent l'abeille buckfast, on s'aperçoit qu'ils ne cessent de faire référence à leur maître, Frère Adam. Ils ne tarissent pas d'éloges à propos de ses écrits, de son enseignement, de la manière dont il a montré le chemin d'une apiculture de qualité, de l'apiculture de demain.

 

On s'étonne donc d'une lecture pour le moins incomplète du message du Frère Adam par certains buckfasteurs. Des passages importants de ses écrits sont rarement cités, comme par exemple :

Tacuinum sanitatis casanatense ms459
Tacuinum sanitatis casanatense ms459

 

« Ce serait une perte irréparable si, malgré ses défauts, l’abeille indigène française venait à succomber dans le courant actuel de l’abâtardissement débridé… »

Frère ADAM, 1966

 

ou encore

 

« …le maintien des races constitue sans aucun doute la condition préliminaire à tout progrès ultérieur de l’élevage de l’abeille »

« … Il est indispensable de créer des réserves où seront maintenues les races naturelles ».

Frère ADAM, les croisements et l’apiculture de demain

En visionnaire, le Frère Adam avait compris que la conservation de la biodiversité de l'abeille est une question capitale et qu'une solution doit être trouvée pour éviter sa disparition. Tous les apiculteurs y ont intérêt; il est souhaitable qu'ils en prennent conscience et contribuent efficacement au maintien des différentes races, notamment en respectant "religieusement" les zones de conservation déjà en place, mais aussi celles qui restent encore à créer.

L'apiculteur Nicolas Géant nous communique l'analyse du miel de Paris 2012 :

Humidité : 15,9%
Ph : 5
Sucres : Fructose 35,03%, Glucose 26,79%, Maltose 2,91%
Couleur : Blanc cassé
Odeurs : chaude, florale, fruitée, boisée
Arômes : caramélisé, rafraîchissant (menthe), médicament, floral, végétal sec et résiné

Examen pollinique

Pollens dominants : 55% Châtaignier
Pollens d'accompagnement : 29% Tilleul
Pollens isolés : astéracées, caryophyllacée, cistacée, fruitiers, plantain, poacées, rosacées, saule, bourdaine, brassicacées, marronnier, trèfle, oléacées, ronces

En résumé :
Type de fleur : Tilleul
Saveurs et arômes : Miel aux notes caramélisées et rafraîchissantes.


Partager cet article :

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Reus marguerite Toulouse (samedi, 26 avril 2014 14:19)

    Bravo,j'ai entendu sur radio presence de Toulouse un prêtre qui parlait avec joie d'une ruche posée sur le toit de Notre dame de Paris je voudrai acheter 2 pots de miel pour les offrir a notre Évêque de Toulouse que je connais bien.Merci de votre réponse et bravo pour les personnes qui s'en occupent.

  • #2

    Association Historique du Temple de Paris (samedi, 26 avril 2014 20:14)

    Chère Madame,
    Le miel récolté dans les ruches installées à Notre-Dame de Paris n'est pas destiné à la vente.
    Le projet est expérimental et à pour but de participer à la sauvegarde des abeilles et à la biodiversité de Paris.
    Cette production n'entre pas dans un cadre commercial, ce miel est offert au personnel de la cathédrale.

  • #3

    Reus marguerite toulouse (mardi, 29 avril 2014 15:49)

    Je viens de lire votre réponse,que le miel de la ruche de mrs Géant placée sur le toit de notre Dame de Paris n'est pas à vendre, alors ôu pourrai- je acheter du miel donc 2 petits pots , mais du miel des ruches de nicolas géant . Merci de votre réponse.

  • #4

    Association Historique du Temple de Paris (mardi, 29 avril 2014 16:44)

    Madame,
    Le plus simple est de nous joindre directement par téléphone au 01 30 70 00 52.

  • #5

    saint hilaire (mardi, 04 novembre 2014 16:21)

    bonjour, nous faisons notre TPE (travaux pratiques encadrés), pour le bac, à trois, sur les ruches d'abeille. nous aimerions donc savoir s il serait possible de visiter vos ruches d'abeille et de poser quelques questions à vos apiculteurs.
    Merci beaucoup

  • #6

    Association Historique du Temple de Paris (vendredi, 07 novembre 2014 11:47)

    Cher "saint hilaire", vous faites une confusion. Nous sommes une association historique, pas des apiculteurs...