Guillenc d'Aigremont évêque de Langres, confirme la donation au Temple du village de Bure faite par Païen de Bure lorsqu'il est devenu templier (1133).

TEMPLE DE PARIS
Parchemin, 380 x 320mm (repli : 15 mm) ; autrefois scellé. Arch. dép. Côte-d'Or, 111 H 1156

 

L'accueil de nouveaux ordres religieux dans leur diocèse et la vie spirituelle de leurs fidèles sont au cœur des préoccupations des prélats du XIIe siècle. Dans une charte précoce, délivrée du vivant d'Hugues de Payns, l'évêque de Langres, Guillenc d'Aigremont (1126-1136), rapporte comment Païen de Bure, "quittant la vie du siècle pour rejoindre la chevalerie du Christ du Temple du Seigneur à Jérusalem", s'est donné au Temple avec ses biens. Sur le conseil de son évêque et de ses amis, en présence du duc de Bourgogne Hugues II (1103-1143), avec l'accord de son frère Raimond de Bure et de son seigneur Renaud de Grancey, Païen cède le village de Bure et ses dépendances pour financer les expéditions militaires des Templiers.

C'est la première étape de la fondation de la plus ancienne commanderie bourguignonne, dont il subsiste en 2013, l'église romane et une pierre tombale templière.

 

Le sénéchal du Temple, Robert de Craon dit "le Bourguignon", issu du lignage des comtes de Nevers, est présent en personne pour recueillir l'approbation du seigneur Renaud de Grancey. Successeur d'Hugues de Payns à la tête de l'Ordre entre 1136 et 1149, il en devient le grand organisateur et lui fournit sa première règle en français.

Partager ce document :

Écrire commentaire

Commentaires : 0