La fin des Capétiens

En moins de quatorze ans, de 1314 à 1328, cinq rois vont mourir. Scandales, rumeurs, empoisonnements vont marquer cette sombre période qui voit le déclin puis la fin des Capétiens.

Ces morts rapprochées ont suscité une légende, celle d'une malédiction proférée par Jacques de Molay,

le grand maître du Temple, du haut de son bûcher. Toujours est-il que le mauvais sort s'est acharné

sur la famille régnante de France.

TEMPLE DE PARIS
Les derniers capétiens ; Philippe III le Hardi, Philippe IV le Bel, Louis X le Hutin, Philippe V le Long, Charles IV le Bel. Gravure du XIXe siècle.

Un déclin brutal

 

Philippe le Bel, surnommé le roi de fer, règne sur la France en maître absolu au début du XIVe siècle.

 

A la tête du pays le plus riche, le plus puissant, le plus peuplé et le plus prestigieux d'Occident, il dicte ses lois à tous les autres princes d'Europe.

 

Avec Philippe le Bel, la dynastie des Capétiens est parvenue à son apogée. Mais, si tout apogée annonce un déclin, celui-ci sera particulièrement brutal et imprévisible.

 

 

  

 

Une succession pourtant assurée

 

Philippe le Bel laisse trois fils adultes et mariés (Louis, le roi de Navarre ; Philippe le comte de Poitiers ; et Charles, le comte de la Marche). Le conflit endémique entre le royaume de France et la couronne d'Angleterre paraît réglé par le mariage opportun que le roi de fer a scellé entre sa fille unique, Isabelle, et Edouard II, roi d'Angleterre.

 

Entouré d'administrateurs et de légistes, Philippe IV le Bel laisse derrière lui un royaume modernisé et renforcé. Il a soumis les ligues baronniales, a installé le pape sous son autorité, fait taire les tisserands de Flandre et détruit le puissant Ordre des Templiers ! Pourtant, à la faveur d'une succession de drames, l'inimaginable se produit ; aucun des Capétiens ne conservera la couronne de France !

 

En 1313, le puissant garde Sceaux Guillaume de Nogaret trépasse.

Jacques de Molay, grand maître des Templiers, meurt sur le bûcher en mars 1314.

Au mois d'avril, c'est au tour du pape Clément V de rendre l'âme.

 

En mai, le roi ordonne l'arrestation des ses trois brus pour adultère. Cet énorme scandale compromet le prestige de la famille royale et jette le doute sur sa descendance. Enfin, quelques mois plus tard, le 29 novembre 1314, c'est le roi lui-même qui meurt des suites d'un accident de chasse.

 

Le destin s'acharne

 

 

Le sort des trois fils du roi de fer paraît bel et bien frappé du sceau de la malédiction : Louis X le Hutin meurt en 1316, et le règne de son unique fils, Jean 1er, est aussi court que sa vie : à peine quelques jours ! Philippe V, le cadet de Louis le Hutin, monte sur le trône, mais décède en 1322, sans descendance mâle. Quant au dernier fils de Philippe le Bel, Charles IV, il ne laisse que des filles. Il s'éteint en février 1328.

Partager cet article :

Écrire commentaire

Commentaires : 0