Clément V, une mort "précieuse", un pape maudit

Clément V - © Les voyageurs du temps. Temple de Paris
Clément V - © Les voyageurs du temps.
Vous prendrez bien un petit plat d'émeraudes ? Temple de Paris
Vous prendrez bien un petit plat d'émeraudes ?

Né vers 1264, en Gascogne, Bertrand de Got,

archevêque de Bordeaux, devient souverain pontif

en 1305 sous le nom de Clément V.

 

Signe révélateur, il n'est pas couronné à Rome

ni à Vienne, comme il l'avait un temps souhaité,

mais à Lyon, comme le désirait Philippe le Bel.

Ce pape, que l'histoire va railler et dénoncer,

n'aura pas une charge facile.

Ses revirements et sa faiblesse lors de l'affaire

des Templiers illustrent ce que fut tout au long

de sa charge, la difficulté d'assumer sa fonction

sous Philippe le Bel. Un pape soumis au roi,

qui essaye tant bien que mal de défendre l'indépendance de l'Eglise face au pouvoir royal. Clément V sort le plus souvent perdant de ses affrontements avec le roi.

 

Malade depuis plusieurs années, il désire se rendre dans sa Guyenne natale. Ses médecins décident alors d'avoir recours à l'ultime remède capable de

le sauver, connu, à l'époque, pour son efficacité :

un plat d'émeraudes pilées, destiné à le guérir. Bien entendu, Clément V s'intoxique avec son "remède".

 

Le pape Clément V meurt le 20 avril 1314 à Roquemaure, soit un mois après l'exécution de Jacques de Molay, le grand maître de l'Ordre du Temple.


Gisant du pape Clément V dans la Collégiale d'Uzeste (Gironde). Temple de Paris
Gisant du pape Clément V dans la Collégiale d'Uzeste (Gironde)

Partager :

Écrire commentaire

Commentaires : 0