LES TEMPLIERS À ROUAD (Syrie)

Île de Rouad et Tortose. Temple de Paris
Île de Rouad et Tortose

Rouad, l'Arvad de la bible, l'Aradus de l'antiquité gréco-romain, est l'unique île de toute la côte syro-palestinienne. Un îlot de grès stérile s'étendant sur 700 mètres de long et 400 de large, au ras des flots (15 mètres d'altitude). Deux petites anses constituent un abri pour les bateaux de pêche. Située à trois kilomètres du rivage et à quatre kilomètres au sud-ouest de Tortose, elle recueillit les Templiers de Tortose après l'agonie du Royaume latin. Tyr était tombé aux mains des Musulmans le 19 mai 1291, Acre le 28 mai, le château de mer de Sidon le 14 juillet, Beyrouth le 21 juillet et Tortose fut évacué le 3 août. Les Templiers restèrent sur l'île jusqu'en 1302. 

Vue aérienne de l'île de Rouad. Temple de Paris
Vue aérienne de l'île de Rouad

C'est ainsi qu'en septembre 1302, une flotte mamelouke de seize navires partit d'Égypte et gagna Tripoli où elle embarqua des soldats ; puis elle attaqua Rouad et tenta un débarquement en deux points de l'île (les deux anses probablement). Les templiers de Rouad étaient commandés par le maréchal de l'Ordre, Barthélemy de Quincy. Il y avait là 120 chevaliers, 500 archers et 400 hommes et femmes aidant à la garnison. Selon le chroniqueur Amadi, les templiers repoussèrent cette première tentative des musulmans et les rejetèrent à la mer et à leurs bateaux. Le Templier de Tyr est moins affirmatif, laissant entendre que les musulmans furent certes repoussés, mais qu'ils s'accrochèrent sur l'île ; l'avantage du nombre aidant, ils pressèrent suffisamment les défenseurs et les contraignirent à se retrancher au centre de l'îlot, qu'ils avaient eu le temps de fortifier ; du coup, les musulmans eurent le champ libre et s'installèrent solidement sur l'îlot. Ils assiégèrent la petite citadelle et proposèrent aux défenseurs de se rendre, leur promettant de les conduire dans une terre chrétienne de leur choix. Le templier catalan Hugues d'Empurias, qui avait déjà passé de longues années dans les prisons du Caire, conduisit les négociations qui aboutirent à la reddition.

Naturellement, les Mamelouks ne respectèrent pas leur parole et exécutèrent tous les archers et chrétiens syriens ; les chevaliers du Temple furent conduits en captivité au Caire, tandis que le maréchal de l'Ordre avait péri dans les combats. Cette reddition est intervenue le 26 septembre. Une flotte de secours réunie par le roi de Chypre et les ordres du Temple et de l'Hôpital, conduits par les grands maîtres, s'apprêtait à lever l'ancre lorsque la nouvelle de la chute de Rouad lui parvint. Elle resta au port.

Temple de Paris
Plan de l'île de Rouad à l'époque du mandat français sur la Syrie (1920 à 1945)
L'île de Rouad en 1934. Temple de Paris
L'île de Rouad en 1934
Rouad 1922. Temple de Paris
Rouad 1922. Le phare aurait été construit en 1864

À l'heure actuelle, un village de pêcheurs occupe presque l'intégralité de l'île. Il n'y a aucune rue, mais seulement des ruelles tortueuses avec des passages étroits, au milieu desquels se trouve une citadelle où les Templiers de Tortose s'accrochèrent pendant onze ans supplémentaires, jusqu'en 1302, à la vue du joyau perdu de la chrétienté.

 

Les nombreux bateaux de plaisance partant de Tortose amènent au port de l'île où des pêcheurs réparent leurs filets près des restaurants et des cafés qui servent le flux constant des touristes faisant l'excursion. Derrière s'élèvent les murs d'un petit château musulman, à côté duquel se trouve le marché, qui serpente dans le village. On grimpe ensuite en direction de l'ouest de l'île et on arrive à la citadelle des croisés, datant probablement du XIIIe siècle, avec ses tours d'angle rondes et massives et d'étonnants créneaux surmontés de motifs pyramidaux. Autrefois dernier avant-poste des Templiers, c'est maintenant un musée.

Partager cet article :

Écrire commentaire

Commentaires : 0