PLAQUE FUNÉRAIRE DE GUY DE MEYJOS

Limoges, 1307 Cuivre champlevé, gravé, émaillé, argenté et doré H. 32 cm ; l. 20 cm
Limoges, 1307 Cuivre champlevé, gravé, émaillé, argenté et doré H. 32 cm ; l. 20 cm

COMMANDERIE TEMPLIÈRE DE CIVRAY, 1307


En dépit de son médiocre état de conservation dû à une longue période d’enfouissement dans le sol (suivie d’un sablage malencontreux), cette plaque émaillée est exceptionnelle à plus d’un titre. Elle est l’une des très rares œuvres limousines portant une inscription qui la date précisément (après le 4 mars 1307 selon notre système de datation). Par ailleurs, c’est une des premières représentations conservées de saint Louis postérieure à sa canonisation, intervenue à peine dix ans plus tôt. Le roi est figuré debout, couronné et nimbé, vêtu du manteau fleurdelisé. Il désigne de la main droite l’écu armorié du donateur (d’or à trois lions rampants de gueules) et semble tenir dans la main gauche un rouleau. Le défunt, Guy de Meyjos (ou Meyios), est figuré agenouillé, en prière ; au-dessus de lui, dans un médaillon émaillé, surgissait la main de Dieu bénissante, élément d’applique disparu aujourd’hui, qui n’apparaît plus qu’en réserve dans l’émail. Le geste de saint Louis vers l’écu est parallèle à celui de la main de Dieu vers le défunt. Les deux figures d’applique se détachent sur le fond émaillé de bleu lapis semé de quatre-feuilles dorés, qui fait écho au manteau fleurdelisé du roi.

Cette œuvre, contemporaine de l’ouverture du tombeau de saint Louis (1306-1308), témoigne donc du développement de la dévotion au saint roi dans l’ouest du royaume. On y relève également l’adoption par son auteur du style développé en Île-de-France sous Philippe le Bel : drapés fluides, visages fins aux chevelures souples et ondées. Enfin, l’émailleur y a développé une technique tout à fait exceptionnelle dans l’œuvre de Limoges en posant une feuille d’argent sur les carnations des personnages (visages, mains), dernier élément qui donne à cette plaque funéraire une pace à part dans la production limousine.

Cette plaque aurait été trouvée sur le terrain de la commanderie templière de Civray (Vienne) vers 1880 ; coll. G. Gaillard de la Dionnerie ; coll. F. Engel-Gros ; don des enfants de F. Engel-Gros, 1921. Paris, musée du Louvre, département des Objets d’art, OA 7495

INSCRIPTION

†OBIIT : NOBILIS : CLERICVS : DOMI/NVS :

GIODO : DE : MEYIOS : DIE : SABB/ATI : POST : OCCVLI : MEI :

ANNO : DOM/INI : MILLESIMO : TRICENTESIMO : S/EXTO :

QVI : FECIT : CONSTRVI : ISTA/M : CAPELLAM : ET : SEPVLTVS :

IACET : / HIC : REQVIESCAT : IN PACE : AMEN

« Noble clerc, maître Guy de Meyjos, est mort le samedi après le dimanche d’oculei mei, l’an du Seigneur mil trois cent et six ; il a fait construire cette chapelle et il y est enterré ; qu’il repose en paix ; Amen »


Partager cet article :

Écrire commentaire

Commentaires : 0