LA NEUVILLE-AU-TEMPLE

La commanderie de La Neuville-au-Temple fut fondée par l’évêque de Châlons, Herbert, avant 1132. À cette date, un acte confirme les donations qui la constituèrent, alors que l’évêque est déjà décédé. L’identité du donateur de la terre sur laquelle furent élevés les bâtiments n’est pas connue. Peut-être s’agit-il de l’évêque lui-même qui, dès la constitution du domaine, exempta de dîme les frères du Temple. Au début des années 1130, ces derniers possédaient des droits et coutumes à La Neuville, La Veuve, Recy, Saint-Memmie et Cernon. Ils possédaient un moulin à Coupetz et de nombreuses terres à La Neuville et aux environs.

Cette commanderie est l’une des plus anciennes et des plus importantes de Champagne. Jean le Roux, cité dès 1132-1142, en fut certainement le premier commandeur. La commanderie et la chapelle de La Neuville sont mentionnées dans le procès, ainsi que le chapelain André, le frère servant Gérard de Alto Villari, Jean de Aubon et le meunier Robert.

Geoffroy 1er, évêque de Châlons donne aux frères de La Neuville-au-Temple

Geoffroy 1er, évêque de Châlons (1131-1143),

donne aux frères de La Neuville-au-Temple

tous les foulons à draps de la ville de Châlons (1134).

Parchemin, 283 x 247 mm (repli : 13 mm)

Arch. dép. Marne, 53H50, n°1

La commanderie de La Neuville est l’une des premières maisons de l’ordre du Temple fondées en Champagne, peu avant 1132. À cette date, Herbert, évêque de Châlons, exempte les templiers de La Neuville des dîmes pour les biens qu’ils possèdent et confirme les donations précédentes, notamment celle du moulin de Saint-Etienne-sur-Vesle par le châtelain de Vitry.

 

Deux ans plus tard, Geoffroy, nouvel évêque et seigneur de la cité, donne aux templiers de La Neuville les foulons à draps (calcariam pannorum) de Châlons. Cette libéralité est le signe de la vitalité économique de la ville, de son industrie du drap et de la capacité des maisons de l’Ordre à adapter leurs activités aux spécificités locales puisque la réputation du drap de Châlons dépassait le seul débouché des foires de Champagne et d’Île-de-France pour se vendre, par l’intermédiaire des marchands génois, dans le bassin méditerranéen.


Le conflit qui éclata, à partir de 1158, entre les drapiers châlonnais et les templiers de La Neuville, témoigne de ces enjeux économiques. Il ne sera réglé qu’un siècle plus tard, la sentence de 1259 maintenant les templiers dans le droit de chercher dans Châlons des draps pour faire fouler dans leurs moulins.


Mesure à grains de la commanderie de La Neuville-au-Temple - Temple de Paris

Double mesure à grains de la commanderie de La Neuville-au-Temple,

autrefois utilisée comme fonts baptismaux de l'église de Dampierre-au-Temple.


Musée des Beaux-arts et d'archéologie de Châlons-en-Champagne.


Mesure à grains La Neuville-au-Temple - Temple de Paris
Image d'archives (1913).
Mesure à grains La Neuville-au-Temple - Temple de Paris
Image d'archives (1913).

Partager ce texte :

Écrire commentaire

Commentaires : 0