LES TEMPLIERS CÉLÉBRAIENT-ILS NOËL ?

Relief représentant Mithra, dieu iranien du soleil, sacrifiant le taureau 100-200 après J.-C. Marbre. Louvre Lens. Temple de Paris
Relief représentant Mithra, dieu iranien du soleil, sacrifiant le taureau 100-200 après J.-C. Marbre. Louvre Lens.

Dans les années 330, alors que l'empereur Constantin officialise la religion chrétienne, l'Église décide d'instaurer une fête spécifique

afin de célébrer la naissance du Christ.

 

Le choix de la date va s'inscrire dans un contexte de lutte contre le paganisme.

En effet, les Saturnales, célébrant le dieu des semailles et de l'agriculture, donnent lieu à Rome, à des réjouissances, souvent débridées, entre le 17 et le 24 décembre. Les Romains échangent des cadeaux, des porte-bonheur,

des gâteaux et décorent leurs foyers avec

du lierre, des branches de houx et du gui.

 

Le 25 décembre est aussi la fête la plus importante de Mithra, dieu venu de Perse symbolisant la lumière et la pureté, introduit à Rome par l'empereur Élagabal en 218 et dont

le culte devient officiel en 274, sous Aurélien.

 

Les adeptes de cette religion diffusée par les légionnaires dans les Provinces les plus éloignées de l'Empire, appartiennent plutôt à l'élite urbaine aristocratique et militaire. Ils célèbrent alors, au moment du solstice d'hiver, période de l'année où les jours rallongent, la renaissance du Sol Invictus, le "Soleil invaincu".

 

En fixant Noël au 25 décembre, l'Église facilite ainsi le passage des coutumes païennes à la foi chrétienne.

En 337, le pape Jules 1er est le premier à décréter que Jésus a vu le jour un 25 décembre. En 506, le concile d'Agde en fait une obligation dogmatique et, en 529, l'empereur Justinien déclare la nativité jour chômé. Mais la fête célébrant la Nativité ne connaît un réel essor qu'au Moyen Âge avec la propagation du christianisme. Le terme même de Noël devient une exclamation de joie, lancée par la foule en liesse lors des grandes occasions : naissances, baptêmes ou mariages princiers, entrées triomphales des souverains dans une ville.

La crèche et la messe de minuit datent aussi de l'époque médiévale. Très tôt,

les premiers chrétiens vénèrent le lieu

de naissance du Christ à Bethléem, et

les pèlerins viennent se recueillir dans la grotte et devant la crèche ayant, selon

la tradition chrétienne, abritée l'Enfant Jésus.

 

C'est saint François d'Assise qui célèbre

le premier, en 1223, une messe de minuit devant une étable où hommes et bêtes rejouent la scène de la Nativité.

À partir du XIIIe siècle, les Mystères, ces tableaux vivants ayant pour thèmes la vie de Jésus, introduisent des crèches dans leurs représentations. Puis celles-ci apparaissent à l'entrée et dans le chœur des églises, avant de se répandre, sous forme miniaturisée, dans les foyers.

 

 

Composées de petits personnages en verre ou en porcelaine, elles sont d'abord l'apanage des plus fortunés. L'apparition de sujets modelés en mie de pain ou en argile permet leur diffusion dans toutes les régions de France. Inspirée par la tradition italienne, la Provence invente les célèbres santons (du provençal santoun "petit saint"). Pour les croyants, la messe de minuit et ses chants de Noël représentent le pinacle des festivités. Les plus anciens datent du XVe siècle. Ils ont été popularisés grâce aux bibles de Noël, recueils de cantiques vendus par les colporteurs du XVIe au XIXe siècle.

Quant au sapin, il faut attendre la fin du XIXe siècle pour qu'il s'impose en France.

La scène de la nativité (crèche vivante). Temple de Paris
La scène de la nativité (crèche vivante)
Crèche de Noël - La Nativité. Temple de Paris
Crèche de Noël - La Nativité
Crèche de Noël à Notre-Dame de Paris. Temple de Paris
Crèche de Noël à Notre-Dame de Paris.

Templiers se rendant à la messe de Noël - Les voyages de Jhen - Les Templiers - Ed. Casterman
Templiers se rendant à la messe de Noël - Les voyages de Jhen - Les Templiers - Ed. Casterman

Qu'en est-il des Templiers ?

 

Dès la rédaction de la règle primitive, élaborée en 1129 lors du concile de Troyes, les différentes fêtes devant être célébrées par la maison du Temple sont énumérées dans l'article 75 (Règle et statuts de l'ordre du Temple – Laurent Dailliez).

 

La fête de la Nativité de Notre Seigneur (25 décembre) est notifiée en première.

 

Les Templiers célébraient donc la naissance de Jésus comme le prescrivait leur règle.

 

Par contre, nous n'avons pas à l'heure actuelle de document précisant si les Templiers organisaient un cérémonial spécifique pour ce jour de Noël.

Partager cet article :

Écrire commentaire

Commentaires : 0