IL FAUT PROTÉGER PARIS !

Enceinte de Philippe Auguste. Temple de Paris
Enceinte de Philippe Auguste.

Comme l'ensemble du territoire européen d'alors,

les campagnes appartenant au domaine royal tirent leur protection de la proximité d'un château fort et de l'existence de quelques cités protégées. L'essor démographique urbain oblige le roi, Philippe Auguste, à penser à la protection de ses villes et, en premier lieu, Paris. L'organisation de la défense de la capitale date de plus d'un siècle, mais elle ne correspond plus au développement de la grande cité.

 

Le château du Louvre

En 1190, à la veille de son départ pour plusieurs mois en croisade, le roi décide de mettre en œuvre un vaste système de protection pour défendre la ville qu'il a choisie pour capitale d'un royaume encore affaibli par la féodalité souveraine des grands seigneurs. Paris s'est développé et compte près de cinquante mille habitants. De nouveaux faubourgs ont grignoté les vastes espaces maraîchers gagnés sur le marais assaini par l'ensemble des communautés religieuses et les grandes abbayes, comme Saint-Martin-des-Champs ou Saint-Victor, sur la rive droite et sur la rive gauche de la Seine.

 

Le danger d'une agression militaire peut venir de partout, notamment de l'ouest par le fleuve, comme l'avaient fait les Vikings au IXe siècle. Ainsi, une impressionnante forteresse sort de terre en quelques années. Conçu pour la défense de Paris, le Louvre apparaît alors comme un vaste édifice féodal dont le rôle sera également politique. Philippe Auguste veut affirmer son rôle de roi et sa suzeraineté, vis-à-vis des grandes puissances princières et comtales de son temps.

 

Si le séjour quotidien du roi, de sa famille et de ses proches conseillers demeure le plus souvent le palais de la Cité, le siège du gouvernement s'installe en dehors des murailles de Paris, en bordure de Seine, au Louvre. Son énorme donjon semble imprenable, l'ensemble des remparts et des barbacanes lui donne un aspect lourd et puissant.

 

Une enceinte efficace

 Les systèmes de défense de la grande cité médiévale reposent alors essentiellement sur les constructions effectuées par Louis VII : la grosse tour du palais de la Cité, et principalement le Grand Châtelet où siège la police du roi au débouché du Grand Pont, à quelques pas du grand chantier de Notre-Dame. Sur la rive droite, l'enclos de l'ordre du Temple et sa haute tour de César permettent de protéger le chemin de Saint-Denis et les grandes abbayes munies d'enceintes de protection (comme Saint-Germain-des-Prés et Saint-Victor au sud, Saint-Martin-des-Champs au nord) sot autant de refuges pour le petit peuple en cas d'attaque. Tout cela s'avère insuffisant pour Philippe Auguste qui décide de faire ériger une impressionnante enceinte.

 

Près de 5 kilomètres de murailles munies de tours et de poternes sont construites en une vingtaine d'années. Les travaux commencent sur la rive droite, où les Parisiens ont créé plusieurs quartiers neufs. Deux centres nerveux méritent une protection singulière : le nouveau marché des Halles et la Grève avec ses ports permettant l'approvisionnement de la ville. Sur la rive droite, la ville pousse, s'organise et se développe. Lieu du commerce et de nouveaux artisanats, la population grossit chaque année et les bourgeois en assument la gestion courante. Pour barrer la Seine, des chaînes supportées par des flotteurs joignaient, à l'ouest, les tours de Nesle et du Coin et, à l'est la Tournelle et la tour Barbeau.

 

Une splendide réalisation militaire

Espacées d'environ 60 mètres, trente-neuf tours se dressent sur la rive droite et trente-huit sur la rive gauche. Hauts de 6 à 8 mètres et épais de 2, les nouveaux remparts englobent la plupart des quartiers, y compris le quartier populeux des Halles du Champeaux et le cimetière des Saints-Innocents. Redoutant une invasion anglaise qui anéantirait son royaume, Philippe Auguste fait de Paris la plus grande citée protégée d'Europe.

Tour de Nesle. Temple de Paris

Tour de Nesle. la chaîne attachée à la tour, et qui repose de distance en distances sur de longs bateau plats, s'accroche en face à la tour du Louvre, dite la tour du Coin. (Hoffbauer, 1380).

Partager cet article :

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Raspoutine Le Viking (jeudi, 16 février 2017 23:55)

    Super doc et photos , merci