Arbitrage de Louis IX entre Thibaud IV et les Templiers

Parchemin, 215 x 210 mm (repli : 30 mm) ; autrefois scellé de cire naturelle sur double queue de parchemin. Paris, Arch. nat. J 198b, n° 82. Temple de Paris
Parchemin, 215 x 210 mm (repli : 30 mm) ; autrefois scellé de cire naturelle sur double queue de parchemin. Paris, Arch. nat. J 198b, n° 82.

Louis IX, roi de France, fait connaître la paix conclue entre Thibaud IV, roi de Navarre et comte de Champagne, et les Templiers à propos de leurs nouvelles acquisitions dans le comté de Champagne et de brie (Pontoise, août 1241).

 

Conservé à l'origine dans le chartrier des comtes de Champagne, qui a rejoint le trésor des chartres royales après le mariage de Philippe le Bel et de Jeanne de Navarre, l'acte de Saint Louis est le plus ancien document rédigé en français par les rois de France. La langue latine était la règle à l'époque des Capétiens, mais l'intervention diplomatique et arbitrale du souverain ainsi que le statut des parties – un prince et un ordre militaire habitués à user du français – expliquent sans doute ce choix linguistique rarissime.

 

Dans ce conflit latent entre le comte et l'ordre du temple, il faut retenir que ce dernier ne peut désormais acquérir de biens et de droits sans l'accord exprès du comte. En attendant que l'accord soit validé par le "grand maître du Temple d'outremer", les acquisitions récentes des templiers sont confiées à la garde de Jean de Thourotte, châtelain de Noyon et fidèle du roi. Le dossier sera clos seulement en 1255.

Partager ce document :

Écrire commentaire

Commentaires : 0